mardi 20 février 2018

Diriger dans l’ombre : comment l’unipolarité s’adapte à la multipolarité

Article original de Andrew Korybko, publié le 29 janvier 2015 sur le site Sputnik News
Traduit par le blog http://versouvaton.blogspot.fr

Legion

Les États-Unis sont en train de construire un système mondial d’alliances bilatérales et multilatérales pour les aider à projeter plus efficacement leur pouvoir tout au long de ce XXIe siècle. Alors que le monde se dirige vers la multipolarité, les États-Unis sont prêts à exploiter cette tendance à leur avantage géopolitique.

Au lieu de « faire cavalier seul » comme Bush était enclin à le faire, les États-Unis trouvent maintenant des moyens d’amener les autres à faire leur sale boulot en convainquant leurs « partenaires » qu’ils ont un intérêt commun à le faire. Au cours de la guerre de Libye de 2011, la France et le Royaume-Uni ont pris l’initiative tandis que les États-Unis, comme il a été décrit, « dirigeait dans l’ombre ». Un éditorial du New York Times de l’époque définissait cela comme « une assistance militaire américaine discrète avec [les autres] sonnant du clairon ». Quatre ans plus tard, ce concept s’est développé à partir du tube à essai libyen et il est devenu mondial, les États-Unis mettant en place des systèmes d’alliance similaires dans le monde entier afin de projeter indirectement leur volonté de puissance dans des régions clés. Comme le dit le dicton cynique, « Pourquoi faire par vous-même ce que les autres peuvent faire pour vous ? ».


lundi 19 février 2018

Une inversion massive des marchés boursiers est-elle en cours ?

Article original de Brandon Smith, publié le 7 février 2018 sur le site alt-market.com
Traduit par le blog http://versouvaton.blogspot.fr



Je le dis depuis des années et je le répète ici : les marchés des actions sont le pire signal « prédictif » possible pour la santé de l’économie générale, car ils constituent un indicateur extrême. C’est-à-dire que lorsque les marchés boursiers finissent par s’écraser, c’est généralement après des années de signes négatifs autour d’autres fondamentaux plus importants.

Bien sûr, que nous le voulions ou non, le fait est que le reste des analystes est psychologiquement dépendant du comportement des marchés boursiers. Les masses déterminent leur optimisme économique (si elles sont employées) selon les cours du Dow Jones et de S&P, mais aussi, dans une certaine mesure, par des statistiques de chômage officielles frauduleuses. Lorsque les actions commencent à plonger, la société prend conscience de la situation réelle et devient soudainement préoccupée par les dangers financiers dont elle aurait dû s’inquiéter depuis le début.


samedi 17 février 2018

Donald Trump : empereur sage ou condamné à la damnation éternelle ?

Article original de Ugo Bardi, publié le 28 janvier 2017 sur le site CassandraLegacy
Traduit par le blog http://versouvaton.blogspot.fr

 

Il y a environ un an, peu avant les élections américaines, j’ai publié un article sur Cassandra’s Legacy où je me demandais à quoi ressembleraient Donald Trump et Hillary Clinton s’ils étaient des empereurs romains. Je pensais que l’Empire romain des Ier et IIe siècles avait beaucoup de problèmes auxquels l’Empire américain est confronté de nos jours : ressources en baisse, coûts excessifs, appareils militaires surdimensionnés et autres. J’en ai conclu que Hillary Clinton aurait pu ressembler à l’empereur Trajan, qui s’est embarqué dans une tentative militaire difficile pour étendre son empire qui, finalement, s’est soldée par une défaite. Trump, au contraire, aurait pu ressembler à l’empereur Hadrien, successeur de Trajan, qui a pris le chemin inverse : arrêter toutes les guerres d’expansion et consolider l’Empire à l’intérieur de ses frontières.

vendredi 16 février 2018

Chute de Hadi et montée en puissance du Sud-Yémen : vers la fin de la guerre ?

Article original de Andrew Korybko, publié le 5 février 2018 sur le site Oriental Review
Traduit par le blog http://versouvaton.blogspot.fr

South Yemen Independence 

Des affrontements ont éclaté dans la capitale intérimaire d’Aden, qui était aussi le siège du gouvernement de l’ancien pays indépendant du Sud Yémen, après que le président Hadi a  interdit au Conseil de transition du Sud (CTS) et à ses partisans de protester. Le CTS avait donné au dirigeant yéménite un ultimatum qui devait expirer dimanche pour remplacer son gouvernement prétendûment corrompu ou faire face à une révolte, et ils ont prétendu qu’il avait ordonné à ses soldats de tirer sur des activistes qui défiaient son décret anti-protestation et tentaient de se rassembler en ville malgré l’interdit. La situation en évolution rapide a vu l’aile armée du parti, les Forces de Résistance du Sud (FRS), prendre le contrôle d’Aden dans un mouvement que le gouvernement de Hadi a qualifié de « coup d’État » qui aura sans aucun doute de profondes implications nationales et internationales.

jeudi 15 février 2018

Un seul « -isme » pour en finir avec tous

Article original de Dmitry Orlov, publié le 8 février 2018 sur le site Club Orlov
Traduit par le blog http://versouvaton.blogspot.fr



Il était une fois, dans ce que beaucoup de gens se rappellent maintenant comment, au « bon vieux temps » il n’y avait que deux idéologies régnantes : le capitalisme et le communisme. Les capitalistes croyaient au caractère sacré des droits de propriété privée, à la capacité magique de l’argent à être la mesure de toutes choses, et à la main mystique invisible du marché pour trouver des solutions optimales aux problèmes économiques. Les communistes croyaient au pouvoir de la propriété en commun, à la capacité des méthodes scientifiques rationnelles et objectives d’être la mesure de toute chose, et au pouvoir de la planification centralisée pour trouver des solutions optimales aux problèmes économiques. Les deux ont essuyé des échecs à plusieurs reprises. Le grand échec du capitalisme fut la Grande Dépression ; le grand échec du communisme fut l’effondrement de l’URSS.

L’Inde et les États-Unis trouvent un terrain d’entente dans l’Indo-Pacifique

Article original publié le 15 novembre 2017 sur le site Stratfor
Traduit par le blog http://versouvaton.blogspot.fr

 
Les trois pays les plus peuplés du monde sont enfermés dans une lutte pour le pouvoir dans la région indo-pacifique. Les États-Unis veulent renforcer leur partenariat de défense avec l’Inde dans le cadre d’un effort plus large visant à contrer l’influence grandissante de la Chine dans la région et dans le monde. L’Inde aussi est intéressée à défier la Chine en s’imposant dans les domaines politique, économique et de sécurité en Asie du Sud-Est alors qu’elle poursuit sa politique « Agir à l’Est ». Mais bien qu’ils partagent un rival en commun, Washington et New Delhi ont des objectifs différents dans leurs efforts pour contenir Pékin. Les divergences dans leurs stratégies finiront par entraver l’amélioration de la coopération dans la région entre les États-Unis et l’Inde.

mercredi 14 février 2018

Facebook prévoit de produire une « preuve » pseudo-scientifique pour « justifier » la censure des média alternatifs

Article original de Andrew Korybko, publié le 30 janvier 2018 sur le site Oriental Review
Traduit par le blog http://versouvaton.blogspot.fr

Facebook News feed algorithm

Facebook prévoit que ses utilisateurs classent la « fiabilité » des sites d’information.

Cette décision est une réaction au scandale des « fake news » vieux de 18 mois et elle est présentée comme la solution la plus « juste et équilibrée » à ce problème. L’idée est que la communauté dans son ensemble déterminerait quels sites sont crédibles et ceux qui ne le sont pas. Ceux obtenant les scores les plus bas seraient en quelque sorte pénalisés, peut-être en apparaissant encore moins dans les fils d’actualité des utilisateurs. Les dirigeants de Facebook ont dit qu’ils ne voulaient pas prendre eux-mêmes cette décision pour des raisons éthiques, alors ils allaient laisser plutôt le soin à d’autres de le faire, croyant qu’il s’agissait en quelque sorte d’une approche « démocratique » du problème. En réalité, Facebook ne fait qu’encourager la « loi de la jungle » car il est probable qu’il y aura une division partisane parmi les médias mainstream, qui mènera à des résultats non concluants. Cela va obliger ainsi l’entreprise à prendre des décisions par elle-même pour résoudre ce problème.